top of page

Apprivoiser la prise de parole en public

Des mains et des pieds tremblants, une boule dans l’estomac, des palpitations qui font rage comme un orchestre de tam-tam ; ce sont là de parfaits exemples de symptômes de la peur de prendre la parole en public. Respirez ! Ils sont nombreux à craindre de s’exposer devant une audience. On ne nait pas avec l’éloquence, c’est donc une compétence à développer. Selon le Brain Institute, il s’agit d’un véritable défi pour 74 % d’entre nous.

La peur de parler en public qui est une source de tourments est souvent appelée « glossophobie ».

Vous le trouverez facilement en tête des sondages sur les plus grandes peurs de l’homme. Elle peut être due à un traumatisme, à l’éducation ou à d’autres facteurs psychosomatiques. Cependant, même si vous êtes une personne timide ou introvertie, il est tout à fait possible d’améliorer votre prise de parole et de gérer votre stress devant un large public grâce à certaines techniques de communication.

Voici quatre conseils pour vous aider à vous préparer à parler, à vous sentir plus à l’aise et à réussir vos présentations publiques.





Des techniques pour gérer votre stress et être à l’aise face à votre public

Le stress est une réaction naturelle chez l’homme. Pour y faire face, il faut avant tout prendre conscience des réflexes de peur, les désamorcer et en acquérir de nouveaux pour se sentir confiant. Identifiez les raisons qui suscitent la peur de paraître ridicule, d’être jugé négativement. En somme, vous craignez le regard des autres. L’amélioration continue est un processus humain, cessez d’imaginer le pire et entrainez-vous à imaginer une prise de parole dont vous pourrez être fier.


Une visualisation positive

Les visualisations positives sont déterminantes dans votre dispositif de préparation, avant de commencer votre discours. Faites-vous confiance, pour produire un discours calme et détendu, imaginez tous les éléments positifs de votre prestation et légitimez-vous de bénéficier du succès.


La respiration réflexive

Inspirez la confiance et l’enthousiasme, expirez le mauvais stress nocif. Pratiquez la respiration abdominale jusqu’à ce qu’elle devienne réflexive.


Un geste d’ancrage

Avant la prise de parole en public, vous pouvez instaurer un petit rituel d’ancrage qui vous mettra instinctivement en condition de réussite, comme les cris des sportifs avant l’entrée dans une compétition.

Préparez la prise de parole

Votre discours doit être structuré, de manière, à suivre des étapes claires et logiques. De cette façon, vous pouvez être plus efficient. Si vous maitrisez votre sujet, vous aurez moins de raisons de bégayer et vous ne craindrez aucune question. Attention toutefois à ne pas vouloir mémoriser votre texte. On vous demande de parler de votre travail ou d’un projet qui vous tient à cœur, c’est une opportunité, soyez donc enthousiaste et créatif.

Articulez un discours

Préparez une structure d’intervention avec des phases précises et cohérentes. De cette façon, vous pouvez être plus précis dans votre discours en sachant où vous allez. Le format à niveau 3 est habituellement utilisé dans la prise de parole en public avec une introduction, une mise en contexte et une conclusion.


La répétition du texte vous permettra de réduire le stress lié, car vous connaîtrez les étapes et le contenu de votre intervention sur le bout des doigts.


N’oubliez pas qu’une bonne posture ouverte, la tête droite, les épaules en arrière et les pieds bien ancrés au sol sont une manière noble de montrer la confiance d’un orateur. Les bras ne doivent pas être croisés, les mains dans les poches ou derrière le dos.


Mettez-vous en situation comme si vous interveniez, n’hésitez pas à demander à des proches bienveillants d’être votre futur public. Ils vous permettent de pratiquer vos discours dans des conditions similaires et ils peuvent vous suggérer des pistes d’amélioration.

Créez et conservez la relation en captant l’attention du public

Le jour J ! Observez quelques secondes de silence le temps de scruter la salle, pour ressentir l’écoute de l’auditoire, chercher le regard de deux, trois personnes bienveillantes. Vous êtes sur le point de livrer l’allocution parfaite à votre manière. Vous êtes le maitre du tempo, il est recommandé de commencer son propos par des éléments forts, comme une question rhétorique, résumez votre intervention avec une phrase clé tout en parlant d’une voix dynamique, bien articulée et forte. Il vous faut retenir l’attention du public jusqu’à la fin de l’intervention en étant créatif, en interagissant avec le public, cela rythmera votre temps de parole et éveillera leur curiosité. Maintenez toujours un contact visuel large avec le public.


Faites passer un message clair et direct

Votre discours sera efficace, si elle tient compte des sept règles suivantes :

  1. La clarté pour faire comprendre le sujet de manière simple

  2. La concision en étant direct, bref, mais efficace

  3. La circonspection en restant proche des réalités du public avec l’usage des exemples parlants

  4. L’attention en évitant autant que possible les erreurs grammaticales ou syntaxiques, utilisez le bon ton pour parler à votre auditoire

  5. La cohérence pour s’assurer que les idées circulent de manière logique et restent pertinentes par rapport au sujet

  6. Le sens de la mesure en trouvant l’équilibre entre simplicité et exhaustivité. Donnez toutes les informations utiles de la manière la plus simple, afin que tout le monde puisse vous suivre

  7. La courtoisie à travers les salutations, les remerciements, le respect, l’humilité lorsque l’on vous pose des questions

Rappelez-vous que la chose la plus importante c’est d’être vous-même, de respirer, de sourire et de ne pas rechercher une représentation parfaite. Le savoir-être est aussi important que le savoir-faire ! C’est dans l’appréciation que l’on étreint la perfection.


Joseph JC KI-ZERBO

Comentários


bottom of page